Fonction rénale à moyen terme des patients ayant présenté une insuffisance rénale aiguë après circulation extracorporelle

Fonction rénale à moyen terme des patients ayant présenté une insuffisance rénale aiguë après circulation extracorporelle

Abstracts / Néphrologie & Thérapeutique 12 (2016) 333–382 l’éclampsie dans 13 cas et une CIVD chez 6 patientes. Trentedeux patientes ont nécessité un...

60KB Sizes 0 Downloads 67 Views

Abstracts / Néphrologie & Thérapeutique 12 (2016) 333–382

l’éclampsie dans 13 cas et une CIVD chez 6 patientes. Trentedeux patientes ont nécessité une épuration extrarénale avec une moyenne de 3 ± 2,2 séances par patientes dont 2 ont évolué vers l’insuffisance rénale chronique. Quatre cas de décès maternels ont été notés, tous parmi les patientes présentant une IRA associée à une autre complication, ce qui correspond à une mortalité de 7,48 %. Neuf nouveau-nés sont décédés à la naissance, 5 cas de mort fœtale in utero ont été notés. Discussion Le syndrome HELLP reste une complication grave du 3e trimestre de la grossesse avec une morbi-mortalité maternofœtale élevée, impliquant une prise en charge précoce. La prévalence de l’IRA était de 32 % dans notre étude. Conclusion Devant la morbi-mortalité non négligeable de l’IRA dans le HELLP syndrome, la précocité d’une prise en charge adéquate est le garant d’un meilleur pronostic. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2016.07.229 PJN.27

La microangiopathie gravidique : à propos de 7 cas

M. Hamouda ∗ , A. Ayed , S. Elhani , A. Letaief , S. Aloui , H. Skhiri , F. Ammeur , M. Elmay , N. Bendhia Département de néphrologie, hémodialyse et transplantation rénale, CHU Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Hamouda) Introduction Le HELLP syndrome est une microangiopathie gravidique sévère. Il constitue un risque accru de morbi-mortalité maternelle et périnatale. La prise en charge thérapeutique doit être instaurée après évaluation de la balance bénéfices/risques pour la mère et l’enfant. Patients et méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive réalisée dans notre service de néphrologie entre 1985 et 2016 sur un total de 38 patientes hospitalisées pour pré-éclampsie avec insuffisance rénale aiguë ; HELLP syndrome défini par la triade hémolyse, élévation des transaminases et thrombopénie. Résultats Parmi les 7 cas compatibles avec un HELLP syndrome retrouvés durant cette période (la prévalence était de 18,42 % parmi les patientes hospitalisées pour complication rénale associée à la pré-éclampsie), les femmes étaient primipares dans 3 cas (42,85 %) avec une moyenne d’âge de 33,28 ans. Le HELLP a constitué une cause de prématurité induite pour toutes nos patientes. Les complications graves identifiées dans notre étude étaient la coagulation intravasculaire disséminée (2 patientes), l’hématome rétroplacentaire (une patiente) en rapport avec une cardiomyopathie de péri-partum, l’insuffisance rénale aiguë (toutes les patientes), l’œdème pulmonaire (une patiente) en rapport avec une cardiomyopathie de péri-partum et la mort fœtale in utero pour 3 patientes. Le traitement comportait des transfusions de culots globulaires, de plasma frais congelé. La corticothérapie pour faible durée (4 jours) était entamée pour une seule patiente. Heureusement dans notre série, la résolution du problème était pour toutes les patientes avec récupération d’une fonction rénale normale, aucun cas de décès n’a été rapporté. Discussion Le HELLP syndrome ou microangiopathie gravidique est une complication grave car peut engager le pronostic vital de la mère et de du fœtus. Conclusion Les complications associées à la microangiopathie gravidique sont de mieux en mieux jugulés grâce à une prise en charge précoce. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2016.07.230

369

PJN.28

Fonction rénale à moyen terme des patients ayant présenté une insuffisance rénale aiguë après circulation extracorporelle P.H. Bonnot 1,∗ , L. Aho 2 , C. Girard 3 , S. Grosjean 4 , R. Jean-Michel 1 Néphrologie, CHU de Dijon, Dijon, France 2 Département d’hygiène hospitalière, CHU de Dijon, Dijon, France 3 Anesthésie-réanimation, CHU de Dijon, Dijon, France 4 Réanimation cardiovasculaire, CHU de Dijon, Dijon, France ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (P.H. Bonnot)

1

Introduction L’insuffisance rénale aiguë (IRA) après chirurgie extracorporelle (CEC) est une pathologie fréquente. Néanmoins, ses conséquences à long terme sont encore mal connues. L’objectif de notre étude est de déterminer des facteurs de risque de dégradation de la fonction rénale 6 mois après un épisode d’IRA. Patients et méthodes Nous avons inclus de manière prospective pendant 6 mois les patients ayant présenté une IRA selon AKIN dans les suites d’une CEC réalisée dans notre centre. Nous avons exclu les ECMO, les dissections aortiques, les transplantations cardiaques. Les patients inclus ont bénéficié d’une estimation du DFG selon MDRD 6 mois après la chirurgie et ont été classés en deux groupes : – groupe 1 : lorsque le DFG a 6 mois était inférieur au DFG préopératoire ; – groupe 2 : lorsque celui-ci était supérieur. Résultats Cent patients ont été inclus. Dix-huit patients sont décédés, 7 ont été perdus de vue, 46 patients ont été inclus dans le groupe 1, 29 patients dans le groupe 2. Quarante-sept patients présentaient une IRA AKIN1, 17 AKIN 2 et 11 AKIN 3. Dans le groupe 1, le DFG évoluait de 67,6 mL/min à 53,1 mL/min et de 66,6 mL/min à 79 mL/min dans le groupe 2. Les facteurs de risque de dégradation de la fonction rénale à 6 mois sont l’âge (OR 1,10 ; p = 0,009), l’utilisation de statines (OR 8,16 ; p = 0,023). L’IMC élevé est un facteur protecteur (OR 0,82, p = 0,009) Discussion Le DFG moyen à l’inclusion est identique dans les 2 groupes, tout comme la gravité de l’IRA initiale. L’évolution à 6 mois est indépendante de ces variables dans notre étude. Le nombre limité de patients doit être considéré avec beaucoup de précautions quant au résultat sur les statines. Environ 61 % des patients qui ont pu être suivis présentent toujours une altération du DFG 6 mois après la CEC. Même les patients présentant une IRA stade 1 doivent être surveillés à distance, surtout s’ils sont âgés. Conclusion L’évolution à 6 mois est indépendante du DFG initial et de la gravité de l’IRA. L’existence d’une protéinurie ou d’autres anomalies du sédiment pourraient être recherchées avant l’intervention. Ces résultats sont à confirmer avec une étude plus puissante. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2016.07.231 PJN.29

Insuffisance rénale aiguë et néoplasie : épidémiologie, étiologie et pronostic

Z. Lahlou , I. Khattabi , H. Bourouhou ∗ , N. Mtioui , S. Elkhayat , M. Zamed , G. Medkouri , M. Benghanem , B. Ramdani Néphrologie, CHU Ibn Rochd Casa, Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (H. Bourouhou) Introduction L’insuffisance rénale aiguë (IRA) est une complication fréquente et grave chez les patients atteints d’une néoplasie. Elle provoque des interruptions du traitement et augmente la durée et le coût d’hospitalisation ainsi que la mortalité. Le but de notre travail était d’étudier l’épidémiologie, les étiologies et le pronostic des IRA néoplasiques.