Hypo-HDLc et diabète: prévalence et facteurs de risque associés

Hypo-HDLc et diabète: prévalence et facteurs de risque associés

SFE Nancy 2018 / Annales d’Endocrinologie 79 (2018) 463–501 diabétiques de type 1. Le taux moyen de cholestérolémie était de 4,84 mmol/L avec un taux ...

266KB Sizes 0 Downloads 104 Views

SFE Nancy 2018 / Annales d’Endocrinologie 79 (2018) 463–501 diabétiques de type 1. Le taux moyen de cholestérolémie était de 4,84 mmol/L avec un taux de triglycéridémie à 1,8 mmol/L. La moyenne du taux de FT4 était de 9,45 pmol/L et le taux moyen de TSH était de 2,1 ␮mol/L. Conclusion La programmation de la grossesse chez la femme diabétique est impérative. Elle doit comporter systématiquement un bilan biologique complet afin de dépister précocement les perturbations du bilan lipidique ou glycémique ainsi que d’éventuelles dysthyroïdies et ses complications fœtales. Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

https://doi.org/10.1016/j.ando.2018.06.986 P820

Équilibre diabétique chez le sujet âgé Rezgui ∗ ,

Dr A. Dr W. Baya , Dr F. Fhima , Dr M. Karmani , Dr J. Anoun , Dr A. Mzabi , Dr F. Ben Fredj Ismail , Pr C. Laouani Service de médecine interne, CHU Sahloul, Sousse, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (A. Rezgui) Introduction La prévalence du diabète de type 2 augmente fortement avec l’âge. Le sujet âgé diabétique est particulièrement fragile puisqu’il cumule les effets du vieillissement et de la maladie. L’objectif du traitement du diabète est le contrôle glycémique et la prévention des risques cardiovasculaires. Matériels et méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive se basant sur les dossiers des malades diabétiques âgés de 65 ans et plus, hospitalisés au service de médecine interne Sahloul pendant l’année 2017. Résultats Nous avons colligé 111 malades. Quarante-sept étaient diabétiques. Le diabète était de type 2 dans 45 cas. La durée d’évolution moyenne était de 13 ans. Des antécédents d’hypertension artérielle et de dyslipidémie étaient retrouvés dans respectivement 36 et 23 cas. Douze patients étaient en surpoids et 19 étaient obèses. Vingt et un malades étaient à très haut risque cardiovasculaire. Seize patients avaient déjà présenté un événement cardiovasculaire et trente avaient développé une microangiopathie. Vingt malades étaient sous insuline, dont 15 étaient sous insuline humaine et cinq étaient sous analogues. Les antidiabétiques oraux étaient utilisés seuls chez 38 patients. Ils étaient associés à l’insuline chez 11 patients. Trente-sept malades étaient mal-équilibrés et n’avaient pas atteint les objectifs souhaités. L’HbA1 C était ≥ 9 % dans 15 cas. Seuls dix malades avaient une HbA1 C ≤ 7 %. Conclusion Notre étude montre que nos sujets âgés sont dans la plupart des cas loin des objectifs thérapeutiques en termes de diabète. Mais il est à noter que ce sont des malades hospitalisées pour des pathologies parfois trainantes pouvant altérer l’équilibre glycémique. Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

https://doi.org/10.1016/j.ando.2018.06.987 P821

Hypo-HDLc et diabète : prévalence et facteurs de risque associés Rezgani ∗ ,

Dr I. Dr R. Mizouri , Dr I. Sebai , Dr A. Temessek , Pr F. Ben Mami Institut de nutrition et de technologies alimentaires, Tunis, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (I. Rezgani) Introduction Bien que l’hypoHDLémie soit désormais considérée comme un facteur de risque cardiovasculaire majeur, son évaluation et sa prise en charge spécifique dans notre pratique quotidienne, ne suscite pas l’attention nécessaire. L’objectif de ce travail était d’évaluer la prévalence de l’hypoHDLémie chez une population de diabétiques et de rechercher les facteurs qui lui sont associées. Méthodes Il s’agit d’une étude transversale impliquant 201 patients diabétiques, suivis par notre service durant les mois de novembre et décembre 2016. Tous les patients ont bénéficié d’un bilan lipidique et glucidique. Une hypoHDLémie est définie par un taux d’HDLc < 1,0 mmol/L. Résultats L’âge moyen était de 52,8 ± 14,7 ans et le genre féminin représentait 52,2 %. L’ancienneté moyenne du diabète était de 12,2 ± 8,6 ans. Plus que la moitié des patients (58,7 %) était sous traitement hypolipémiant. Un LDLc

493

≥ 1 g/L était présent chez 94 patients et 63 avaient une hypoHDLémie. Les facteurs modifiables qui étaient corrélés de fac¸on significative avec une hypoHDLc: le tour de taille (r = −0,228; p = 0,005), l’activité physique (p = 0,05) et le tabagisme (p = 0,027) et les facteurs non modifiables étaient le sexe masculin, l’âge avancé, la présence du syndrome métabolique, le diabète de type 2, la présence de la néphropathie diabétique et l’hyperuricémie. On n’a pas observé d’association significative entre le HDLc et: l’IMC, l’HbA1c et l’ancienneté du diabète. Discussion L’hypoHDLémie touche une proportion considérable de nos diabétiques. Son traitement est nécessaire et il comprend au moins chez tous les sujets des recommandations comportementales (activité physique, la perte de poids et l’arrêt du tabagisme). Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

https://doi.org/10.1016/j.ando.2018.06.988 P822

Campagne de dépistage de masse de diabète dans la région de Sousse au centre-est tunisien

Dr A. Mzabi ∗ , Dr G. Sboui , Dr F. Ben Fredj , Dr J. Anoun , Dr M. Karmani , Dr A. Rezgui , Dr C. Laouani Service de médecine interne, CHU Sahloul, Sousse, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : mzabi [email protected] (A. Mzabi) Objectif Analyser les résultats de la campagne de dépistage de masse qui a été faite dans la région de Sousse en Tunisie, s’intéressant au diabète. Patients et méthodes Ce travail de dépistage de masse réalisé sur une journée, a concerné une population de 182 personnes. La glycémie capillaire à jeun ou post-prandiale, la tension artérielle, le poids, la taille, l’indice de masse corporelle et le tour de taille ont été mesurés pour toutes les personnes qui se sont présentées. Résultats Il s’agissait de 182 personnes, l’âge moyen était de 44,51 ± 16,35 ans, avec un sex-ratio de 1,6 (112 hommes vs 70 femmes). D’après notre étude, 26,9 % des participants étaient des tabagiques non sevrés. Le poids moyen mesuré était de 72,97 ± 15,8 kg, l’indice de masse corporelle (IMC) moyen était de 25,51 ± 5 kg/m2 et le tour de taille moyen était de 94,2 ± 11,22 cm. Trente-neuf individus avaient une hypertension artérielle (HTA) dont 16 sujets avaient une HTA de découverte fortuite. La glycémie moyenne était égale à 1,06 ± 0,45 g/L. Elle était pathologique chez 21 patients dont 10 étaient non connus diabétiques auparavant. Quatre patients avaient un diabète équilibré et 7 malades avaient un diabète déséquilibré. Onze individus parmi 21 sujets avaient des signes cardinaux de diabète. Discussion Notre campagne de dépistage a permis de dépister des sujets diabétiques. Le traitement est alors prescrit à temps pour viser un meilleur équilibre des chiffres glycémiques et prévenir les complications néfastes inhérentes au diabète. Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

https://doi.org/10.1016/j.ando.2018.06.989 P823

Uricémie chez le diabétique de type 2 : prévalence et facteurs associés

Dr W. Mimita ∗ , Dr I. Sebai , Dr K. Ounaissa , Dr H. Abdessalem , Dr I. Rezgani , Dr C. Amrouche Institut national de nutrition, Tunis, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (W. Mimita) Objectif Étudier la prévalence et les facteurs associés de l’hyperuricémie chez une population Tunisienne de diabétiques de type 2 (DT2). Méthodes Nous avons déterminé la concentration d’acide urique (AU) chez 197 patients diabétiques de type 2 suivis à l’institut national de nutrition de Tunis. L’hyperuricémie était définie par une concentration sérique d’AU > 420 ␮mol/L.