Ichtyose acquise révélant une maladie de Hodgkin. Une nouvelle observation

Ichtyose acquise révélant une maladie de Hodgkin. Une nouvelle observation

Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com La Revue de médecine interne 29 (2008) 418–420 Cas clinique Ichtyose acquise révélant une maladie de ...

602KB Sizes 0 Downloads 140 Views

Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com

La Revue de médecine interne 29 (2008) 418–420

Cas clinique

Ichtyose acquise révélant une maladie de Hodgkin. Une nouvelle observation Acquired ichthyosis revealing an Hodgkin’s disease K. Ennibi a,∗ , M. Rabhi a , A. Al Bouzidi b , L. Bahrouch a , M. Boudlal a , A. Zinebi a , Y. Akhouad a , S. Berady a , J. Chaari a , F. Toloune a a b

Service de médecine interne, hôpital militaire d’instruction Mohammed-V, 10000 Rabat, Maroc Service d’anatomopathologie, hôpital militaire d’instruction Mohammed-V, 10000 Rabat, Maroc Disponible sur Internet le 24 janvier 2008

Résumé Introduction. – L’ichtyose acquise est une affection rare. Elle révèle le plus souvent une affection maligne. Fait clinique. – Un homme de 70 ans, en mauvais état général, était hospitalisé pour un syndrome ichtyosique diffus, associé à une adénopathie inguinale et un syndrome inflammatoire biologique. L’examen histologique de l’adénopathie révélait une maladie de Hodgkin à cellularité mixte. L’évolution était fatale malgré l’introduction de la chimiothérapie. Discussion. – L’ichtyose acquise révèle rarement une pathologie systémique, une cause infectieuse ou médicamenteuse. Elle peut être idiopathique, mais il s’agit le plus souvent d’un syndrome paranéoplasique à expression cutanée qu’on rencontre au cours des hémopathies malignes. L’étiopathogénie fait soulever l’hypothèse d’une sécrétion par la tumeur de l’epidermal growth factor-like (EGF) stimulant la prolifération de l’épiderme. © 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Abstract Introduction. – Acquired ichthyosis is a rare condition that usually reveals malignant diseases. Case report. – A 70-year-old man was admitted with weight loss, diffuse ichthyosis, lymphadenopathy of the inguinal lymph nodes and elevated inflammatory markers in peripheral blood. Histology of the lymph node revealed mixed-cellularity Hodgkin disease. The evolution was fatal in spite of the chemotherapy. Discussion. – Acquired ichthyosis is a cutaneous paraneoplastic syndrome, generally related to hematologic malignancies. A possible pathomecanism is the stimulation of epidermal growth secondary to the production of epidermal growth factor (EGF) by tumour cells. Acquired ichtyosis can rarely reveal systemic or infectious diseases. It can also be drug-induced or idiopathic. © 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Ichtyose ; Maladie de Hodgkin Keywords: Ichthyosis; Hodgkin disease

1. Introduction

2. Observation

Les manifestations cutanées sont rarement révélatrices des cancers extradermatologiques. Nous rapportons le cas d’un patient présentant une ichtyose acquise ayant révélé une maladie de Hodgkin.

Un homme de 75 ans était hospitalisé en décembre 2006 pour sécheresse cutanée avec altération de l’état général, évoluant depuis six mois. Il n’avait pas d’antécédents de prise médicamenteuse ni d’exposition aux toxiques. L’examen physique notait un patient en mauvais état général, fébrile à 38,5 ◦ C. La peau du patient présentait de multiples lésions érythématosquameuses brunâtres, en écaille de poisson. Ces lésions étaient diffuses à tout le corps (Fig. 1). L’examen splénoganglionnaire retrouvait une adénopa-



Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (K. Ennibi).

0248-8663/$ – see front matter © 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi:10.1016/j.revmed.2007.11.015

K. Ennibi et al. / La Revue de médecine interne 29 (2008) 418–420

419

Fig. 1. Squames sèches brunatres au niveau de la jambe.

thie inguinale gauche de 2 cm de diamètre. Il y avait un syndrome inflammatoire important avec une C-réactive protéine (CRP) à 185 mg/l, une vitesse de sédimentation (VS) à 60 mm à la première heure et une anémie à 9 g/dl microcytaire avec une férritinémie à 500 ng/ml, un fibrinogène à 7 g/l, une hypergammaglobulinémie à 16 g/l polyclonale et une hyper ␣2-globuline à 10 g/l. L’acide urique était à 130 mg/l. Les LDH étaient à 250 UI/l. La ␤2-microglobuline à 3,5 mg/l. Les fonctions hépatocellulaire et rénale étaient normales. L’examen anatomopathologique du ganglion inguinal montrait une prolifération tumorale maligne, faite de cellules de Reed-Sternberg. Ces cellules étaient accompagnées d’une population cellulaire faite de lymphocytes, de plasmocytes associés à des polynucléaires éosinophiles (Fig. 2). À l’immunohistochimie, les cellules de grande taille exprimaient de fac¸on intense et diffuse le CD30, et de fac¸on focale le CD15. Elles n’exprimaient pas l’antigène épithélial membranaire (EMA). La population lymphocytaire de petite taille était en majorité de phénotype T (CD45) (Fig. 3). Il s’agissait d’une maladie de Hodgkin diffuse à cellularité mixte. La tomodensitométrie thoracoabdominale montrait de multiples adénopathies médiastinales antérieures et abdominales. La biopsie ostéomédullaire était normale. Les sérologies virales VIH, B et C étaient

Fig. 2. Infiltrat cellulaire riche en cellules hodgkiniennes (HES, ×1000).

Fig. 3. Cellules tumorales exprimant le CD30 (×400).

négatives. La biopsie cutanée n’a pas été réalisée chez notre patient en raison de l’aspect typique des lésions. Le patient bénéficiait d’une chimiothérapie à base d’Adriblastine® , de bléomycine, de vinblastine et de doxorubicine. Après la première cure, l’ichtyose régressait avec obtention d’une apyrexie et amélioration de l’état général. Après un mois le patient échappait à la chimiothérapie avec altération de l’état général et réapparition des lésions cutanées, réalisant un aspect sclérodermiforme diffus. Le décès survenait quelques jours plus tard. 3. Discussion Les ichtyoses acquises, dénommées par Traupe [1] « états ichtyosiformes », sont des maladies acquises de la kératinisation, caractérisées par une sécheresse cutanée importante, avec épaississement de la couche cornée de la peau et accumulation de squames, dont l’aspect ressemble à des écailles de poisson. Le diagnostic de l’ichtyose est basé sur l’aspect clinique évocateur. L’histologie permet de confirmer le diagnostic en montrant l’absence de couche granuleuse [2]. L’ichtyose acquise révèle fréquemment une maladie sousjacente (Tableau 1). Les hémopathies malignes figurent en première place. La maladie de Hodgkin représenterait jusqu’à 80 % des cas [3], le premier cas d’ichtyose et maladie de Hodgkin ayant été décrit en 1925 par Nanta et Chatelier [4]. L’ichtyose acquise est habituellement concomitante ou postérieure à la découverte de la maladie mais elle peut précéder le diagnostic d’un an ou plus [5]. L’ichtyose acquise peut être aussi, mais exceptionellement, idiopathique ou révélatrice d’autres maladies immunologiques, endocriniennes, infectieuses ou secondaires à une prise médicamenteuse (Tableau 1). Dans notre observation, le caractère régressif des lésions cutanées après la première cure de chimiothérapie et la réapparition des symptômes après échappement thérapeutique confirment le caractère paranéoplasique de l’affection. L’étiopathogénie des lésions cutanées fait suggérer un trouble du métabolisme ou une malabsorption de la vitamine A, ainsi qu’une carence en acides aminés ou en acides gras essentiels et

420

K. Ennibi et al. / La Revue de médecine interne 29 (2008) 418–420

Tableau 1 Étiologies d’une ichtyose acquise

4. Conclusion

Causes malignes

Autres causes

Maladie de Hodgkin

Médicaments : hypolipémiant, izoniazide. . . Endocrinienes : hypothyroïdie, hyperparathyroïdie Métaboliques : carences Collagénose : lupus. . . Sarcoïdose Tuberculose Sida Lèpre Maladie de Crohn

Lymphomes non hodgkinien Mycosis fongoïde Leucémie Polyglobulie Myélome Aplasie médullaire Sarcome de Kaposi Cancers solides : sein, col utérin, vulve. . . Léiomyosarcome intestinal Carcinome spinocellulaire

Insuffisance rénale chronique Syndrome de Down

une modification du métabolisme des lipides [2]. L’âge avancé de notre patient et le mauvais état général font évoquer un état carentiel mais les dosages vitaminiques n’ont pu être réalisés. On a évoqué également la synthèse par des cellules tumorales des facteurs de croissance épidermiques tels que le tumor necrosis factor (TGF) alpha [6]. Il pourrait s’agir également d’une localisation cutanée spécifique de la maladie de Hodgkin [7].

Une ichtyose acquise doit inciter le clinicien à chercher une affection néoplasique, en particulier une maladie de Hodgkin, sachant que les lésions cutanées peuvent précéder les autres signes de la maladie. Références [1] Traupe H. Comprendre l’ichtyose. Ann Dermatol Venereol 1991;118: 487–96. [2] Ghislain PD, Roussel S, Tennstedt D, Michaux L, Lachapelle JM. Ichtyose acquise révélant une maladie de Hodgkin. Récidive simultanée. Presse Med 2002;31:1126–8. [3] Kurzrock R, Cohen PR. Mucocutaneous paraneoplastic manifestations of hematologic malignancies. Am J Med 1995;99:207–16. [4] Nanta A, Chatellier L. Lymphogranulomatose chéloïdienne pseudoleucoplasique: le chancre lymphogranulomateux. Ann Dermatol Syphiligr 1925;6:682–94. [5] Lucker GPH, Steijlen PM. Acrokeratosis paraneoplastica (Bazex syndrome) occurring with acquired ichthyosis in Hodgkin’s disease. Br J Dermatol 1995;133:322–5. [6] Estines O, Grosieux-Dauger C, Derancourt C, Patey M, Durlach A, Bernard P. Ichtyose acquise paranéoplasique révélatrice d’un lymphome non hodgkinien. Ann Dermatol Venereol 2001;128:31–4. [7] Pagliaro JA, White SI. Specific skin lesions occurring in a patient with Hodgkin’s lymphoma. Australas J Dermatol 1999;40:41–3.