La prise en charge des kystes hydatiques thoraciques

La prise en charge des kystes hydatiques thoraciques

140 24e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Paris, 24—26 janvier 2020 PO09 - Hypertension pulmonaire - Maladies thromboembolique - Chirur...

426KB Sizes 0 Downloads 113 Views

140

24e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Paris, 24—26 janvier 2020

PO09 - Hypertension pulmonaire - Maladies thromboembolique - Chirurgie - Transplantation 298

Les morbi-mortalités non respiratoires après une résection pulmonaire majeure : une étude rétrospective entre 2009 à 2016 au CHU/JRA Antananarivo, Madagascar N.N.M. Razafimanjato ∗ , V.H. Ralaimihoatra , D.F. Aubert Wambo , T.D.N. Ravelomihary , A.T. Rajaonera , H.J.L. Rakotovao Faculté de médecine, Antananarivo, Madagascar ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (N.N.M. Razafimanjato) Introduction La résection pulmonaire est une intervention chirurgicale permettant l’ablation d’un lobe pulmonaire ou d’un poumon entier, elle fait généralement suite a des pathologies tumorales ou infectieuses. Notre objectif est de décrire les profils épidémiocliniques et évolutifs de la morbi-mortalité non respiratoires après une résection pulmonaire. Méthodes Nous avons réalisé une étude rétrospective descriptive de 88 patients ayant bénéficié d’une résection pulmonaire sur une période de 7 ans de janvier 2009 à décembre 2016. Résultats La fréquence des complications au cours de la résection pulmonaire retrouvé s’élève a 59,09 %. Les complications cardiovasculaires étaient les plus observés (21,59 %), suivi des complications pariétales (13,63 %), les complications infectieuses (12,5 %), les complications neurologiques (10,23 %), les complications digestives (1,14 %). Le taux de mortalité était de 11,36 %. Plusieurs facteurs ont été incriminés dans l’apparition de ces complications (antécédents de pathologies cardiovasculaire, un âge avancé, le diabète, hypertension artérielle, tabagisme). Ces derniers associés aux comorbidités augmentent la mortalité en postopératoire. Conclusion L’amélioration de la morbi-mortalité dans notre étude passe par la prise en charge précoce et le suivi des comorbidités lié aux patients. Une sélection rigoureuse, orientée des patients et l’instauration des méthodes endoscopiques de résection pulmonaire est nécessaire pour améliorer les résultats et amoindrir les complications postopératoires non respiratoires liées à la thoracotomie. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmra.2019.11.303 299

Profil de l’hypertension pulmonaire dans le service de pneumologie du CHU de Tizi-Ouzou K. Bennamane ∗ , F. Ameur , A. Zeghoud , R. Abdellaziz CHU, Tizi-Ouzou, Algérie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (K. Bennamane) Introduction L’HTP est une maladie rare caractérisée par l’augmentation progressive des résistances artérielles pulmonaires aboutissant à une insuffisance cardiaque droite. C’est une complication fréquente des maladies respiratoires chroniques. Méthodes Étude rétrospective incluant tous les malades porteurs d’une HTP hospitalisés entre août 2017 à juillet 2019. Les données ont été recueillies à partir du registre de l’HTAP du service et les dossiers des malades hospitalisés. Résultats Nous avons colligé 61 cas durant la période d’étude. Une nette prédominance féminine 44 cas (72 %) avec un sex-ratio de 2,5. L’âge moyen était de 72 ans avec des extrêmes allant de 44 à 94 ans. L’HTA (10 cas) le diabète (7 cas) sont les deux principales

comorbidités retrouvés dans notre étude. Le motif d’hospitalisation était la majoration de la dyspnée présente chez tous les malades. Le diagnostic a été fait essentiellement grâce à l’échocardiographie. Le groupe 3 était prédominant dans 32 cas (52 %) dominé par les PID qui est la principale étiologie dans notre service 20 cas (32 %), la BPCO 6 cas (9,8 %), les DDB dans 2 cas, le SAOS dans 2 cas, déformation thoracique dans 2 cas. Le groupe 2 représente 11 cas (18 %) dominé par les cardiopathies ischémiques dans 8 cas et les valvuloplasties (RM serré) 3 cas. Le groupe 5 représente 8 cas (13 %) avec 5 cas d’insuffisance rénale terminale et 3 cas de syndrome myéloprolifératifs. L’HTAP post-embolique est retrouvé dans 4 cas. Le groupe 1 ne représente que 6 cas (9,8 %). L’HTP était massive et sévère dans les PID avec une PAPS moyenne de 60 mmHg, des signes de gravité à type de dilatation du ventricule droit étaient retrouvés dans 19 cas de PID (95 %). Une altération de la qualité chez tous les malades. Conclusion L’HTAP est une pathologie rare au pronostic grave. Selon notre étude, 94 % des malades avec HTP étaient au stade terminal avec des complications cardiaques droites graves. Les définitions hémodynamiques et la classification clinique de l’HTP ont fait l’objet d’une révision au cours du 6e Congrès mondial de l’hypertension pulmonaire à Nice (2018). Les conséquences de ces nouvelles données est le screening des patients présentant une maladie vasculaire pulmonaire à un stade plus précoce comme dans les HTAP associées à une sclérodermie. La création en Algérie de centres de Références pour sa prise en charge est primordiale. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. Pour en savoir plus Simonneau G, Montani D, Celermajer D, et al. Haemodynamic definitions and updated clinical classification of pulmonary hypertension. Eur Respir J 2019 ;53 :1801913. https://doi.org/10.1016/j.rmra.2019.11.304 300

La prise en charge des kystes hydatiques thoraciques S. Waguaf ∗ , N. Idelhaj , A. Fatene , S. Boubia , M. Ridai Service de chirurgie thoracique, Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (S. Waguaf) Introduction Le kyste hydatique est une parasitose de type anthropozoonose cosmopolite provoquée par la forme larvaire d’un tænia du chien appelé echinococcus granulosus. Par sa fréquence, sa gravité et son retentissement économique, l’hydatidose représente encore un fléau social et un véritable problème de santé publique au Maroc. La localisation pulmonaire est la deuxième par sa fréquence après le siège hépatique tout âge confondu. Méthodes Ce travail est une étude rétrospective de 236 cas d’hydatidose thoraciques opérées sur une période de 5 ans. Résultats La moyenne d’âge était de 35,68 ± 16,82 avec des extrêmes allant de 6 à 81 ans, avec une légère prédominance féminine (51,70 %). L’origine rurale des malades était prédominante chez 86,4 % des patients. La notion de contact avec les chiens a été retrouvée chez 91,5 % des patients. L’antécédent de chirurgie pour kyste hydatique a été retrouvé chez 21,2 % des patients. La découverte d’un kyste hydatique thoracique était fortuite chez 3,40 % des patients. Pour la découverte symptomatique, les manifestations respiratoires étaient surtout à type de douleur thoracique et de la toux. La TDM thoracique a été réalisée chez tous les patients, objectivant un kyste hydatique pulmonaire chez 195 patients, médiastinal chez 8 patients, diaphragmatique chez 16 patients, pleurale chez 9 patients et pariétal chez 8 patients. L’échographie abdominale a été réalisée chez tous nos patients, objectivant une seconde localisation dans 34,7 % des cas. La sérologie hydatique était positive dans 76,50 % des cas. Tous les patients ont été traités chirurgicalement.

Affiches scientifiques 75,40 % des patients ont été opérés par thoracotomie postérolatérale contre 27,50 % par VATS et 2,10 % seulement des patients ont été opérés par thoracotomie antérolatérale. La kystectomie a été réalisée pour 206 kystes (soit 87,3 % des cas). La périkystectomie pour 60 kystes soit 25,4 % des cas. Le traitement de la cavité résiduelle avec capitonnage et aveuglement des fistules a été réalisé pour 178 des kystes soit 75,4 % des cas. Trente-deux patients avaient bénéficié d’un traitement radical : 24 résections atypiques, 7 lobectomies et une seule pneumonectomie gauche chez une patiente ayant eu plusieurs récidives. Les suites opératoires étaient simples dans 86,90 % des cas. Aucun décès n’a été rapporté. Conclusion Le kyste hydatique est une pathologie fréquente. La chirurgie est le traitement de choix. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmra.2019.11.305 301

Syndrome de Trousseau : à propos de 17 cas R. Azzeddine ∗ , L. Achachi , A. Rhanim , A. Jniene , M. Elftouh , L. Herrak Service de pneumologie, hôpital Ibn-Sina, faculté de médecine, université Mohamed V, Rabat, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (R. Azzeddine) Introduction L’embolie pulmonaire (EP) qui est souvent de nature fibrinocruorique, est une maladie fréquente et grave. Elle constitue une urgence médicale pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Le lien entre cancer et thrombose était surtout connu lors de cancers évolués notamment à un stade métastatique, mais il est aujourd’hui admis que l’épisode thrombotique peut être révélatrice d’un cancer occulte, définissant le syndrome de Trousseau, et posant le problème de la recherche du cancer occulte. Le but de notre travail est d’étudier la prévalence et les caractéristiques des cancers occultes chez des patients admis pour une embolie pulmonaire. Méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée au service de pneumologie de l’hôpital Ibn-Sina de Rabat, durant 44 mois (janvier 2016—août 2019), concernant tous les cas hospitalisés pour une embolie pulmonaire avec découverte d’un cancer occulte. Résultats Cent vingt-six patients sont pris en charge pour embolie pulmonaire, un cancer occulte a été découvert chez 17 patients (13,5 %), l’âge moyen de nos patients était de 58,4 ans (extrêmes 36—80 ans), une prédominance masculine est notée dans 64,7 %, le tabagisme est retrouvé dans 70 %, les signes cliniques étaient dominés par la dyspnée (92 %), les douleurs thoraciques (69 %), les hémoptysies (30 %), une pleurésie a été retrouvée dans 23 % des cas. Le diagnostic de l’embolie pulmonaire était confirmé par l’angioscanner thoracique (100 %), objectivant une obstruction droite dans 35 %, gauche 23,5 % et bilatérale dans 41 % des cas, l’embolie était massive avec signes de gravité dans 17 % des cas. Tous nos patients ont bénéficié d’un bilan étiologique de l’embolie pulmonaire, objectivant la prédominance d’un cancer pulmonaire dans 53 % des cas, dont 55 % d’adénocarcinome, 22 % carcinome épidermoïde, 11 % sarcome histiocytaire et 11 % de tumeur carcinoïde, une carcinose péritonéale (17,6 %), un cancer gynécologique (17,6 %) dont 66 % d’adénocarcinome ovarien et 33 % cancer de l’endomètre, une hémopathie (5,8 %), tumeur cérébrale glioblastome (5,8 %). Tous nos patients ont bénéficié d’un traitement anticoagulant à dose curative, 3 patients ont bénéficié d’une thrombolyse en urgence, l’évolution a été marquée par la survenue de 7 décès (41 %). Conclusion Compte tenu de la fréquence des cancers révélés dans cette étude, la recherche d’un cancer en cas d’embolie pulmonaire idiopathique apparaît contributive, nous insistons à travers notre travail sur la nécessité de réaliser un bilan étiologique exhaustif

141 devant toute embolie pulmonaire à la recherche d’une néoplasie sous-jacente. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmra.2019.11.306 302

Médiastinite fibreuse chronique : à propos de 3 cas H. Ben Ataya 1,∗ , L. Achachi 2 , L. Herrak 2 , M. Ftoh 2 , A. Jniene 2 , A. Rhanim 2 1 Service de pneumologie, hôpital Ibn-Sina-Rabat, université Mohamed V, Rabat, Salé, Maroc 2 Service de pneumologie, Rabat, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (H. Ben Ataya) Introduction La médiastinite fibreuse chronique est un désordre bénin rare, résultant d’un processus scléreux du tissu médiastinal avec survenue de compression, d’obstruction, voir une infiltration des organes médiastinaux, il constitue la première étiologie bénigne du syndrome cave supérieur (SCS). Méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective, réalisée au service de pneumologie du centre hospitalier universitaire Ibn-Sina, sur une période de 4 ans, s’étalant de janvier 2016 à juin 2019 incluant 3 patients hospitalisés pour sd cave sup et diagnostiqués médiastinite fibreuse. Résultats Trois patients, 2 femmes et 1 homme, l’âge moyen est de 40 ans, un antécédent de diabète a été retrouvé chez (1 cas), une thyroïdectomie totale chez (1 cas), ils étaient admis pour bilan de magmas d’ADP médiastinale chez (2 patients) et masse médiastinales chez (1 cas), le délai moyen d’apparition des signes est de 1 an, à type de dyspnée (3 cas), toux sèche (3 cas), hémoptysie (1 cas), l’examen physique note un syndrome cave supérieur (3 cas), La Rx de thorax a montré un élargissement médiastinale chez les 3 cas, la TDM thoracique met en évidence une masse médiastinale tissulaire hétérogène avec calcifications chez (1 cas), magmas d’ADP médiastinales chez (2 cas), l’endoscopie bronchique est normale. Une médiastinoscopie a été réalisée dans (3 cas), les biopsies sont revenues en faveur de médiastinite fibreuse chronique. Le traitement médical par corticothérapie orale est indiqué chez (2 cas), la corticothérapie et le traitement antibacillaire chez une patiente. La médiastinite fibrosante est une affection rare provoquée par une prolifération fibro-inflammatoire due probablement à une réponse immunologique anormale d’origine le plus souvent infectieuse (tuberculose, histoplasmose) entraînant un engainement avec envahissement et compression des structures de basse pression : VCS, veines pulmonaires, artères pulmonaires. Conclusion La médiastinite fibreuse chronique est une affection rare, l’imagerie grâce à la TDM et IRM permet une approche diagnostique, celui-ci reste histologique afin d’éliminer toute cause néoplasique. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmra.2019.11.307 303

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose thoracique à Madagascar N.N.M. Razafimanjato ∗ , T.D.N. Ravelomihary , M. Ravoatrarilandy , A.T. Rajaonera , H.J.L. Rakotovao Faculté de médecine, Antananarivo, Madagascar ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (N.N.M. Razafimanjato) Introduction La tuberculose reste une constante actualité dans un pays à faible ressource comme Madagascar. La chirurgie ne