La prise en charge des méningites aux urgences du CHU Hassan II de Fès

La prise en charge des méningites aux urgences du CHU Hassan II de Fès

A142 revue neurologique 171s (2015) a136–a145 P15 Manifestation neurologique se´ve`re d’une infection a` CMV chez un sujet immunocompe´tent Nadia B...

292KB Sizes 24 Downloads 483 Views

A142

revue neurologique 171s (2015) a136–a145

P15

Manifestation neurologique se´ve`re d’une infection a` CMV chez un sujet immunocompe´tent Nadia Ben Abdelhafidh, Asma Kefi *, Rim Abid, Imen Gharsallah, Sameh Sayhi, Najeh Boussetta, Salah Othmani Hoˆpital militaire de Tunis, service de me´decine interne, Montfleury, 1008 Tunis, Tunisie *Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (A. Kefi) Introduction Si chez les immunode´prime´s, l’infection a` cytome´galovirus (CMV) est une complication grave, elle est souvent asymptomatique chez les immunocompe´tents, mais peut causer des tableaux cliniques graves avec atteinte du SNC. Observation Patiente aˆge´e de 64 ans, immunocompe´tente, admise pour un de´ficit musculaire brutal des quatre membres a` pre´dominance proximale, des paresthe´sies des membres infe´rieurs a` type de bruˆlures et deux e´pisodes de re´tention ` l’admission, la patiente urinaire e´voluant depuis 6 semaines. A e´tait apyre´tique et consciente. La marche e´tait instable avec tendance a` la chute late´rale. Il existait un de´ficit moteur des quatre membres avec une difficulte´ a` soulever les pieds, des re´flexes oste´otendineux vifs, diffuse´s et polycine´tiques aux quatre membres avec un signe de Babinski a` droite et une hyperesthe´sie a` type de bruˆlure pre´dominant aux membres infe´rieurs sans niveau le´sionnel pre´cis. La sensibilite´ profonde e´tait normale. Elle n’avait ni anesthe´sie en selle ni trouble trophique. L’imagerie par re´sonance magne´tique avait montre´ un aspect de mye´lite cervicothoracolombaire. Une enqueˆte e´tiologique infectieuse exhaustive et la recherche d’une immunode´pression acquise e´taient ne´gatives. Le diagnostic de mye´lite a` CMV chez un sujet immunocompe´tent e´tait retenu, devant une se´rologie positive. L’e´volution e´tait favorable apre`s cinq mois de traitement par ganciclovir associe´ a` une corticothe´rapie par voie ge´ne´rale rapidement de´gressive et a` une kine´sithe´rapie motrice. Discussion Chez l’immunocompe´tent, les infections a` CMV sont souvent asymptomatiques ou se limitent a` un syndrome fe´brile. Quelques cas de mye´lite a` CMV ont e´te´ rapporte´s. La se´rologie CMV qui montre une se´roconversion dans le sang permet de confirmer le diagnostic de primo-infection a` CMV. Un diagnostic et un traitement pre´coces ame´liorent le pronostic. Conclusion Les symptoˆmes neurologiques de´ficitaires graves lie´s au CMV sont exceptionnels chez les patients immunocompe´tents. L’IRM me´dullaire est tre`s utile au diagnostic. Le pronostic est lie´ a` la pre´cocite´ de la prise en charge. Mots cle´s Mye´lite ; Cytome´galovirus ; Immunocompe´tent De´claration d’inte´reˆts Les auteurs n’ont pas transmis de de´claration de conflits d’inte´reˆts. http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2015.01.346 P16

Pre´valence et facteurs associe´s des polyneuropathies sensitives distales chez les personnes vivants avec le VIH (PVVIH) au centre hospitalier universitaire de Libreville Philome`ne Kouna Ndouongo 1*, James Ibole 1, Thierry Adoukonou 2, Landry Oura 3, Yvonne Assengone-Zeh 1, M. Moubeka 1, Germaine Mouangue Minso 1

1

CHU Libreville, service de neurologie, rue du CHU, BP4009, Libreville, Gabon 2 CHU Parakou, service de neurologie, 03BP10, Parakou, Be´nin 3 Arme´es, service de neurologie, BP4009, Libreville, Gabon *Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (P. Ndouongo) Introduction Les polyneuropathies sont fre´quentes et constituent un important proble`me chez les PVVIH, notamment avec l’introduction des antire´troviraux (ARV). Les outils diagnostiques cliniques valide´s sont utiles pour leur de´pistage en Afrique. Objectifs De´terminer la pre´valence des polyneuropathies sensitives distales (PSD) et des facteurs qui leur sont associe´s dans une population de VIH. Me´thodes Il s’agit d’une e´tude transversale qui s’est de´roule´e 1er mai au 31 juillet 2014 et ayant inclus tous les PVVIH suivies en ambulatoire au CHU de Libreville. Le diagnostic de PSD e´tait base´ sur les crite`res du brief peripheral neuropathy screen (BPNS). L’association entre la neuropathie et certaines variables e´taient estime´e par les rapports de pre´valence (RP) et leur intervalle de confiance a` 95 % au moyen d’une re´gression logistique. Re´sultats Ils e´taient aˆge´s en moyenne de 42,1  11,0 ans avec une dure´e de l’infection de 57,6  42,5 mois et 570 (82,9 %) e´taient sous antire´troviraux. Parmi les 620 sujets, 170 ont pre´sente´ une PSD soit une pre´valence de 27,4 %. Les facteurs associe´s aux PSD e´taient l’aˆge, la dure´e de l’infection, le mode de contamination, l’alcool, le diabe`te, l’exposition a` l’isoniazide, l’existence d’infection opportuniste et la prise d’ARV. Discussion En analyse multivarie´e, les facteurs qui restent associe´s a` la pre´sence d’une PSD, e´taient la prise d’ARV (RP = 1,85 [IC95 % :1,2–3,4]), l’ante´ce´dent de diabe`te (RP = 2,35 [IC95 % : 1,5–5,2]) et le stade de l’infection (RP = 2,66 [IC95 % : 1,8–4,3]). Ces re´sultats sont comparables a` beaucoup de donne´es africaines et indiquent le roˆle des ARV dans les atteintes du syste`me nerveux pe´riphe´rique. Conclusion Ces re´sultats sugge`rent une forte fre´quence des neuropathies chez les PVVIH que les effets secondaires du traitement antire´troviral pourraient expliquer en partie. Mots cle´s Polyneuropathies senisitives distales ; VIH ; E´pide´miologie De´claration d’inte´reˆts Les auteurs n’ont pas transmis de de´claration de conflits d’inte´reˆts. http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2015.01.347 P17

La prise en charge des me´ningites aux urgences du CHU Hassan II de Fe`s Mouna Loukili *, Youness Barbach, Aouatif Midaoui, Zouhair Souirti, Ouafae Messouak, Faouzi Belahsen CHU Hassan II, neurologie, route de Sidi Harazem, 30000 Fe`s, Maroc *Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Loukili) Introduction Les me´ningites infectieuses restent un proble`me de sante´ publique avec une morbi-mortalite´ e´leve´e au Maroc. Peu d‘e´tudes se sont inte´resse´es a` e´valuer les pratiques de prise en charge des me´ningites dans notre contexte. Objectifs L’e´tude vise a` e´valuer les de´lais de prise en charge des me´ningites, analyser les modalite´s de re´alisation de la ponction lombaire et les indications du scanner ce´re´bral et e´laborer un circuit alerte me´ningite. Me´thodes Il s’agit d’une e´tude prospective observationnelle sur une pe´riode de trois mois, mene´e au service des urgences

revue neurologique 171s (2015) a136–a145

du CHU Hassan II de Fe`s, collectant les cas de me´ningites infectieuses ayant consulte´ aux urgences ainsi que leur e´volution et devenir apre`s le diagnostic. Re´sultats Quinze cas de me´ningites sont collige´s. Le de´lai moyen entre le de´but de la symptomatologie et la consultation aux urgences est de 8 jours. Le de´lai moyen de re´alisation de la ponction lombaire apre`s admission aux urgences est de 12 h et le de´lai moyen entre le premier contact avec le me´decin de garde et l’instauration du traitement est de 21 h 55. Dix patients pre´sentent une me´ningite d’origine bacte´rienne et 3 patients pre´sentent une me´ningo-ence´phalite virale. La mortalite´ au cours de cette pe´riode est de 33 %. Discussion La prise en charge des me´ningites infectieuses est globalement tardive a` cause de l’absence d’application d’un algorithme diagnostique et the´rapeutique bien de´finit devant un tableau de me´ningite infectieuse ainsi que l’absence de sensibilisation de la population sur les manifestations cliniques et la gravite de cette affection pourtant fre´quente. Conclusion La prise en charge des me´ningites au niveau des urgences ne´cessite l’instauration de protocoles bien codifie´s avec une formation me´dicale continue de l’ensemble du staff me´dical et parame´dical implique´ dans la prise en charge. Mots cle´s Me´ningites infectieuses ; De´lai de prise en charge ; Circuit alerte me´ningite De´claration d’inte´reˆts Les auteurs n’ont pas transmis de de´claration de conflits d’inte´reˆts. http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2015.01.348 P18

E´tiologie rare d’un abce`s ce´re´bral Imene Mahmoud 1*, Mouna Aissi 1, Samia Younes 2, Amel Boughammoura 1, Mahbouba Frih 1 1 CHU Fattouma Bourguiba, neurologie, 5000 Monastir, Tunisie 2 CHU Tahar Sfar, me´decine interne-endocrinologie, 5100 Mahdia, Tunisie *Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (I. Mahmoud) Introduction Les abce`s du cerveau (AC) sont des suppurations intracraˆniennes rares. Les infections de la sphe`re ORL e´taient la cause la plus fre´quente. Cependant, ils surviennent chez 5 a` 10 % des patients atteints de la maladie de Rendu Osler (MRO). Observation Il s’agit d’un homme aˆge´ de 55 ans qui consultait pour lourdeur de l’he´micorps droit d’installation rapidement progressive associe´s a` des ce´phale´es, flou visuel et une crise tonico-clonique ge´ne´ralise´e. L’examen ge´ne´ral a re´ve´le´ une alte´ration de l’e´tat ge´ne´ral avec un amaigrissement non chiffre´ dans un contexte d’apyrexie. L’examen neurologique a montre´ un syndrome quadri pyramidal de´ficitaire a` droite. Les examens biologiques e´taient sans particularite´ a` part une ane´mie hypochrome microcytaire. Un scanner ce´re´bral a montre´ un processus expansif intra craˆnien parie´to-occipital de 28 mm hypodense se rehaussant en pe´riphe´rie e´voquant une me´tastase ou une tumeur gliale. Le diagnostic d’AC secondaire a` une MRO e´tait retenu devant le re´sultat de la biopsie ce´re´brale, l’existence de te´langiectasies cutane´es et la pre´sence de multiples malformations arte´rio-veineuses (MAV) pulmonaires ainsi qu’une dilatation majeure de l’arte`re he´patique avec des shunts arte´rio-porte intra-he´patiques au scanner thoraco-abdomino-pelvien. Discussion La MRO est une dysplasie fibrovasculaire syste´mique rare caracte´rise´e par une alte´ration des couches

A143

e´lastiques et musculaires de la paroi vasculaire. Le tableau clinique classique est repre´sente´ par la triade : te´langiectasies, e´pistaxis re´currentes et ante´ce´dents familiaux. Les AC surviennent chez 5 a` 10 % des patients secondaire soit a` une surinfection d’un embole cruorique ste´rile, soit a` une embolisation septique ce´re´brale sur MAV pulmonaires. Conclusion La MRO est une maladie ge´ne´tique rare mais elle semble fre´quemment associe´e a` des e´pisodes septiques (13,6 %). La pre´vention repose sur l’e´radication des foyers infectieux, l’antibioprophylaxie et l’embolisation des fistules arte´rio-veineuses. Mots cle´s Abce`s ce´re´bral ; Maladie de Rendu Osler ; Malformation arte´rio-veineuse pulmonaire De´claration d’inte´reˆts Les auteurs n’ont pas transmis de de´claration de conflits d’inte´reˆts. http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2015.01.349 P19

Leucoence´phalopathie multifocale progressive dans un contexte de lymphope´nie transitoire Rosy N’gbo N’gbo Ikazabo *, Chantal Depondt, Andreas Lysandropoulos Hoˆpital Erasme, neurologie, 808, route de Lennik, 1070 Bruxelles, Belgique *Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (R. Ikazabo) Introduction La leucoence´phalopathie multifocale progressive (LEMP) est une affection de´mye´linisante du syte`me nerveux central lie´e a` la re´activation du polyomavirus JC, survenant classiquement lors d’un de´ficit de l’immunite´ cellulaire. Observation L’examen d’une femme de 37 ans sans ante´ce´dents importants, pre´sentant des ce´phale´es suivies d’une crise e´pileptique tonico-clonique, montre notamment une dysphagie et une he´mipare´sie gauche. L’IRM ce´re´brale indique un hyposignal T1, un hypersignal T2 en FLAIR et diffusion fronto-parie´to-temporal droit et un petit hypersignal FLAIR et T2 me´sence´phalique droit, sans rehaussement de Gadolinium. La biologie re´ve`le une lymphope´nie a` 530 et des se´rologies infectieuses ne´gatives. La ponction lombaire est normale, la PCR ADN polyomavirus compte 639 copies/mL. Discussion Il s’agit d’un cas de LEMP avec une lymphope´nie transitoire d’e´volution lentement favorable. La litte´rature associe la LEMP a` un de´ficit se´ve`re de l’immunite´ cellulaire et en de´crit actuellement 38 cas chez des patients faiblement immunode´prime´s, dont 3 patients ont eu une maladie cliniquement et radiologiquement inactive 6 a` 26 mois apre`s l’apparition de la maladie. Conclusion Ce cas met en e´vidence que la LEMP peut survenir lors d’une faible immunode´pression transitoire, donner des atteintes corticales et se pre´senter par une crise d’e´pilepsie inaugurale. Mots cle´s Leucoence´phalopathie multifocale progressive ; LEMP ; JC De´claration d’inte´reˆts Les auteurs n’ont pas transmis de de´claration de conflits d’inte´reˆts. http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2015.01.350