Les atteintes thoraciques de la maladie d’Hodgkin

Les atteintes thoraciques de la maladie d’Hodgkin

19e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Lille, 30 janvier—1er février 2015 S. Blel , S. Joobeur , H. Mribah , A. Ben Saad , S. Cheikh Mhame...

55KB Sizes 0 Downloads 269 Views

19e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Lille, 30 janvier—1er février 2015 S. Blel , S. Joobeur , H. Mribah , A. Ben Saad , S. Cheikh Mhamed , I. El Mjendel , A. Omrane , I. Touil , N. Rouetbi , A. El Kamel Service pneumologie, CHU Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie Introduction On assiste à une modification de la répartition histologique des cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) avec une diminution des carcinomes épidermoïdes et une augmentation des adénocarcinomes. But Identifier les différences épidémiologiques, thérapeutiques et de la survie entre l’adénocarcinome bronchique et le carcinome épidermoïde. Patients et méthodes Étude rétrospective comparative concernant 715 cas de CBNPC pris en charge dans le service de pneumologie de Monastir entre1990 et 2014. Les patients sont divisés en 2 groupes : groupe 1 (G1) : 355 cas d’adénocarcinome groupe 2 (G2) : 360 cas du carcinome épidermoïde. L’étude comparative s’est basée sur le test de Chi2 et le test t-student. p est significative si < 0,05. Résultats 1) Les patients porteurs d’adénocarcinome sont plus jeunes que les patients ayant un carcinome épidermoïde (l’âge moyen est de 59,2 ans versus (vs) 64,1 ans, p < 0,001). 2) Les femmes représentent 12,4 % dans G1 contre 1,7 % dans G2 (p < 0,001). 3) La consommation tabagique en PA est plus importante en cas du carcinome épidermoïde (57,8 PA vs 39,5 PA, p < 0,001). 4) L’état général est plus altéré en cas d’adénocarcinome avec un score OMS supérieur à 2 dans 18,3 % des cas du G1 contre 11,6 % des cas du G2 (p = 0,005). 5) Les stades métastatiques sont plus fréquentes dans l’adénocarcinome (75,5 % vs 46,6 %, p < 0,001). 6) La médiane de la survie est de 6 mois pour les deux groupes. Conclusion En comparant les deux groupes, on note que l’adénocarcinome est de plus en plus fréquent, il touche particulièrement des sujets plus jeunes, moins tabagiques, il est souvent découvert à un stade tardif. Le pronostic reste mauvais pour les deux types histologiques. Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.10.598 339

Les facteurs associés à une survie prolongée des patients porteurs de cancer bronchique non à petites cellules aux stades avancés S. Blel , S. Joobeur , H. Mribah , A. Omrane , S. Cheikh Mhamed , A. Ben Saad , I. El Mjendel , I. Touil , N. Rouetbi , A. El Kamel Service de pneumologie, CHU Fattouma, Bourguiba, Monastir, Tunisie Introduction Le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) demeure de mauvais pronostic. La survie globale à un an pour les stades localement avancés et métastatiques varie entre 2 et 44 % selon les études. But Identifier les facteurs associés à une survie prolongée (> 2 ans) des patients ayant un stade IIIB et IV du CBNPC. Patients et méthodes Étude rétrospective portant sur les dossiers de patients ayant un CBNPC stade IIIB ou IV hospitalisés dans le service de pneumologie de Monastir entre 1990 et 2014. Les survivants de plus de 2 ans (21 cas) ont été comparés aux autres patients de mêmes stades (548 cas). Résultats Les patients ayant une survie prolongée ont un âge moyen de 61 ans (40—79 ans). Tous sont de sexe masculin. Tous les patients ont un score PS de l’OMS ≤ 1. Quatre patients sont au stade IIIB et 17 patients au stade IV dont 9 ont une métastase unique. Vingt patients ont bénéficié d’une chimiothérapie de 1re ligne ; 52,3 % des survivants prolongés ont rec ¸u une chimiothérapie de 2e ligne. L’étude comparative a montré une différence significative concernant le score PS de l’OMS (p = 0,03) et le traitement spécifique (p < 0,001). La médiane de survie des survivants prolongés est de

A111

29 mois versus 5 mois pour les autres patients. Il n’y a pas de différences significatives concernant l’âge, le sexe, le tabagisme, les comorbidités et le type histologique. Conclusion L’évaluation de ces facteurs permet d’identifier que l’état général et le traitement spécifique pourrait prolonger la survie des patients atteints de CBNPC. Cependant des études récentes sont nécessaires pour rechercher d’autres facteurs pouvant expliquer la survie prolongée de certains patients. Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.10.599 340

Les atteintes thoraciques de la maladie d’Hodgkin K. Elatiqi , H. Benjelloun , N. Zaghba , A. Bakhatar , N. Yassine , A. Bahlaoui Service de pneumologie, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc La maladie d’Hodgkin est une hémopathie maligne caractérisée par la présence de cellules de Reed-Sternberg au sein d’un infiltrat lymphoïde. Le but de notre étude rétrospective est de dégager le profil clinique, radiologique, histologique, thérapeutique et évolutif de 27 cas de localisation thoracique de la maladie de Hodgkin, dont 14 femmes et 13 hommes. La moyenne d’âge était de 30 ans. La clinique était dominée par la toux, la dyspnée, la douleur thoracique et l’hémoptysie. L’examen clinique retrouvait des adénopathies périphériques dans 22 cas, un syndrome d’épanchement liquidien dans 9 cas et un syndrome cave supérieur dans six cas. Le téléthorax montrait un aspect d’élargissement médiastinal dans 20 cas, une opacité pulmonaire dans sept cas et une atélectasie dans trois cas. Le scanner thoracique objectivait des coulées d’adénopathies médiastinales dans 22 cas et un processus tissulaire parenchymateux dans six cas. La bronchoscopie objectivait une tumeur endobronchique dans deux cas. La biopsie ostéomédullaire montrait une localisation médullaire de la maladie d’Hodgkin dans sept cas. La biopsie ganglionnaire périphérique a contribué au diagnostic dans 20 cas, la biopsie ganglionnaire médiastinale par thoracotomie dans cinq cas, et la biopsie bronchique et la ponction biopsie transpariétale dans un cas chacun. Le type scléronodulaire était retrouvé dans tous les cas. Le traitement reposait sur la chimiothérapie. L’évolution était favorable dans 13 cas, cinq cas étaient perdus de vue, deux cas ont présenté une rechute, et un cas est décédé après la première cure de chimiothérapie. À travers de cette étude, nous rappelons les différentes localisations thoraciques de la maladie d’Hodgkin et leurs caractéristiques cliniques et thérapeutiques. Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.10.600 341

Prise en charge diagnostique et thérapeutique du cancer bronchique H. L’Youssfi , W. Elkhattabi , I. Lhafiane , A. Aichane , H. Afif Service des maladies respiratoires, hôpital 20 Août, Casablanca, Maroc L’incidence du cancer bronchopulmonaire primitif (CBPP) au Maroc ne cesse de croître du fait du tabagisme de plus en plus important. Le but de notre travail est de préciser la prise en charge diagnostique et thérapeutique des patients porteurs du cancer bronchique à travers une étude rétrospective s’étalant sur une période de 7 ans depuis 2007 jusqu’à 2014. Elle a porté sur les cas de CBPP prouvés histologiquement hospitalisés au service. Nous avons colligé 836 dossiers. Nous avons posé le diagnostic histologique par ponction biopsie transpariétale dans 48 % des cas et par biopsie bronchique